Sécurité

ouestAubervilliers – Pour en finir avec la délinquance

AUBERVILLIERS Mairie
© MC/ 93infos

Lors d’un conseil municipal exceptionnel, les élus ont voté toute une série de mesures visant à réduire la délinquance dans la ville. De la prévention avec une aide apportée aux élèves en difficulté, à la répression avec la vidéo protection, tous les aspects de la question ont été passés en revue et adoptés.








Le sujet faisait débat depuis longtemps. A tel point, que le maire a convoqué un conseil municipal exceptionnel jeudi 19 novembre. A l’ordre du jour, un thème unique : la sécurité. Au premier étage de la mairie, des centaines de riverains sont venus écouter leurs élus.

La ville est gangrenée par le trafic de drogues et les petits larcins. « On compte 20 vols avec violence pour 1 000 habitants. C’est la 2ème ville la plus dangereuse de France dans les villes de plus de 20 000 habitants », rappelle Fayçal Menia (UMP). « Vous pouvez voler, il ne vous arrive rien. Vous roulez en deux roues sans casque ? Il ne vous arrive rien », continue l’élu. Applaudissement nourris et hochements de tête approbateurs dans la première salle où se trouve le public.

La prise de conscience et de position des élus est quasi-unanime. Tous soulignent « la situation catastrophique » de la ville. « Assez d’agressions et de véhicules cassés ! », peste Jean-Yves Vannier (PS). « Les problèmes d’insécurité sont constants, les halls d’escaliers squattés. Les moyens à Aubervilliers ne sont pas à la hauteur de ce qu’ils devraient être. L’Etat se dérobe et ne répond pas à la population », souligne Malika Ahmed (DVG).
Même le préfet a été convié. Il tente de rassurer son auditoire. « Nous allons travailler tout le mois de décembre à créer le plan départemental de prévention de la délinquance. L’Etat mettra les moyens pour le rendre effectif. »


AIDES AUX JEUNES EN DIFFICULTÉ ET SURVEILLANCE DE JOUR COMME DE NUIT

Dans la série de mesures adoptées pour faire face à l’insécurité, plusieurs sont à vocation préventives. Ainsi, un dispositif de lutte contre le décrochage scolaire concerne les élèves exclus 3 à 8 jours ou ceux qui doivent passer en conseil de discipline. Ils sont accueillis et suivis en dehors du collège par un éducateur chargé de faire le point sur leur situation et préparer leur retour à l’école. Depuis septembre, 10 élèves ont déjà bénéficié de cette mesure.

Toujours pour les jeunes en difficulté, un cabinet conseil sera chargé de trouver des stages en entreprises à ceux qui n’y parviennent pas. Le principe est adopté, mais le dispositif devra être voté à nouveau en conseil municipal. « C’est onéreux. La mairie de Saint-Denis s’est engagée dans un processus semblable. Nous allons essayer de voir si nous pouvons mutualiser nos efforts », explique le maire Jacques Salvator.

Pour la surveillance au quotidien, la ville peut désormais compter sur 30 Agents de Surveillance de la Voie Publique (ASVP) et 20 policiers municipaux. En soirée, des « médiateurs » vont faire leur apparition. Leur rôle sera d’assurer « une veille technique ». Ils interviendront « à la demande des habitants et locataires ». Les horaires ne sont pas bien définis, mais ils devraient osciller entre un début de mission vers 16/17h et une fin vers minuit/2h du matin. Quant au Centre de Cure Ambulatoire en Alcoologie (CCAA), il sera transformé en Centre de Soins, d’Accompagnement et Prévention en Addictologie (CSAPA).

La vidéo protection va faire son apparition car « les habitants le demande », selon le maire Jacques Salvator. Dans un premier temps, une commission chargée d’évaluer le coût et l’efficacité de cet outil va être mise en place. Après seulement, les premières caméras seront installées. Enfin, un observatoire du suivi de la délinquance va être mis en place.

Un premier bilan de toutes ces mesures sera fait lors d’une prochaine réunion fin 2010.