Intercommunalité

carte 93-nordSevran dit oui à la communauté d’agglomération plaine de France

SEVRAN MairieHier, les élus ont adopté le projet d’intercommunalité avec les villes voisines de Tremblay et Villepinte. La création d’une nouvelle communauté d’agglomération est en route, mais suscite toujours autant de questions.





Communauté d’agglomération plaine de France. Le nom est pour l’instant provisoire, mais s’il est conservé, il désignera dès le 1er janvier prochain le regroupement de Sevran, Tremblay et Villepinte dans une communauté d’agglomération. Une nouvelle qui ne fait pas le bonheur de tous. « Je vais payer plus d’impôts ! », peste une Sevranaise présente lors des délibérations.

Le siège de la future communauté d’agglomération sera situé au Syndicat d’Equipement et d’Aménagement des Pays de France et de l’Aulnoye (SEAPFA), 2-4 rue Joliot Curie à Sevran. Elle comptera 33 conseillers communautaires : 13 pour Sevran, 10 pour Villepinte et 10 pour Tremblay. Le conseil municipal se réunira le 15 décembre pour les élire.



PÉRIMÈTRE RESTREINT ET DÉFINITION FLOUE

Le périmètre de l’agglo fait pourtant déjà jaser. Le groupe PS amené par Patrice Roques avait exprimé ses réticences en juin dernier. « C’est une construction en deçà ». Un autre élu de la majorité estime pour sa part que « le périmètre pertinent va du Bourget à Roissy » et regrette que « les villes d’Aulnay et Blanc-Mesnil n’aient pas intégré dès le début l’intercommunalité ».

Les compétences de la future communauté d’agglo sont nombreuses : développement économique, politique de la ville, cadre de vie, action sociale, équipements sportifs et culturels… Elles font craindre à Serge Grimaldi (élu d’opposition) « une destruction des communes ».  Michelle Bravet (élue d’opposition) s’interroge sur l’intérêt pour les Sevranais d’appartenir à une communauté d’agglomération. « Il va y avoir des frais, donc des taxes supplémentaires », assène l’élue. Affirmation aussitôt démentie par Jean-François Baillon adjoint en charge du développement économique (Verts). « Non, on a fait des études dans ce sens ». « Cela va nous permettre d’avoir des dotations globales d’équipement plus importantes », renchérit ce dernier. Stéphane Gatignon lui, ne regrette qu’une chose « que l’on n’est pas fait l’intercommunalité en 2002 » .

La première phase de construction, si le projet est adopté par les trois communes, débutera le 1er janvier 2010. Il s’agira de définir « l’intérêt communautaire » . Une fois ce pas franchi, l’intercommunalité sera mise en service, probablement dès janvier 2011.

Villepinte votera ce soir l’adhésion ou non à la communauté d’agglomération, Tremblay demain.

Les commentaires sont fermés.