Réunion publique

carte 93-centreLe Pré-Saint-Gervais – Que va changer l’interco au niveau du logement et des transports ?

LE-PRE-Reunion-publik2 © MC/ 93infos
De gauche à droite : Marc Everbecq (maire de Bagnolet), Gérard Cosme (maire du Pré-Saint-Gervais) et Bertrand Kern (maire de Pantin) © MC/ 93infos

Alors que la communauté d’agglomération Est Ensemble regroupant neuf villes de l’est parisien sera une réalité au 1er janvier prochain, les concertations entre élus et habitants continuent. Avant-hier, le débat tournait autour des problématiques environnementales, d’habitat et de transport.




Ils étaient une centaine d’habitants, jeudi 10 décembre, à s’être déplacé à la réunion publique organisée au Pré-Saint-Gervais concernant la future communauté d’agglomération. Après avoir discutés du « vivre ensemble » à Bagnolet la semaine précédente, élus et habitants ont cette fois-ci abordé trois thèmes : l’environnement, le logement et les transports.

Après un bref rappel de ce que va être la future communauté d’agglomération (voir ci-dessous), la parole a été donnée au public. Diane Vattolo qui siège au conseil de quartier des Quatre chemins à  Pantin a été la première à prendre la parole. Intéressée par l’idée de l’interco, elle reste cependant sur ses gardes « on  attend de voir. » Elsa Tramunet des Lilas (association ALRA) a insisté sur la nécessité de relier les communes de l’interco entre elles. Le maire des Lilas, Daniel Guiraud, abonde dans sons sens : « on a réussi à obtenir des arbitrages favorables pour les prolongement de la ligne 11. Moi aux Lilas, si je veux aller à Bobigny, il faut que j’aille à Paris prendre le métro à République. Pour l’instant, il n’y a pas de transport banlieue à banlieue, mais avec l’agglomération, on pourra le faire. » Pour Alda Pereira-Lemaître (maire de Noisy-le-Sec) arrivée en cours de réunion avec son adjointe Elisabeth Guigou, les transports doivent être améliorés si l’on veut que le 93 devienne attractif.
Deux autres axes vont être développés : la RN3 et le canal de l’Ourcq. Dans la salle plusieurs habitants réclament un réaménagement du canal et pourquoi pas la mise en place d’un transport fluvial.


Brigitte Corinthios au micro parle de la maîtrise de l'énergie. A sa gauche, Elsa Tramunet (association ALRA Les Lilas) et à sa droite Diane Vattolo (conseil de quartier Pantin)
Brigitte Corinthios au micro parle de la maîtrise de l'énergie. A sa gauche, Elsa Tramunet (association ALRA Les Lilas) et à sa droite Diane Vattolo (conseil de quartier Pantin)

Le problème du logement a ensuite été lancé par une Pantinoise. « Ca fait dix ans que j’attend un logement. A plusieurs, on a plus de poids. En Seine-Saint-Denis, c’est une question récurrente. Il faudrait plus de logements pour les familles. » Un avis partagé par tous, en particulier les élus. La commune de Bagnolet prévoit ainsi la construction de 1 000 à 1 500 logements dans les années à venir sous certaines conditions. « Nous voulons maîtriser ce qu’il va se faire. C’est très facile de casser des maisons dans nos banlieues populaires et de densifier le logement en logeant une population plus aisée. Nous n’en voulons pas, explique l’élu qui compte sur l’interco pour prendre le relais. Nous arrivons aux limites de ce que nous pouvons faire en terme de gestion municipale. L’agglomération, c’est une volonté partagée de construire une politique publique sur le logement. On va se donner les moyens de résister à la pression immobilière. » Alda Lemaître en profite pour rebondir sur ce sujet qui lui tient à cœur. « A Noisy jusqu’en 2014, nous allons avoir entre 100 et 150 logements livrés par an. » Là où le bât blesse c’est sur la superficie des logements. « Je bataille quand je vois que certains programmes ne prennent en compte que des studios ou T1/T2 alors qu’à Noisy, nous manquons cruellement de T4. »



L’écologie a eu du mal à trouver sa place dans le débat. La construction d’éco-quartiers a été abordée, mais les problèmes de fond auxquels les habitants veulent que l’interco s’attaque restent le logement et les transports.
Les élus savent maintenant à quoi s’attendre, ne reste plus qu’à agir.


Prochaine réunion publique le lundi 14 décembre à Noisy-le-Sec.

A propos de la communauté d’agglomération Est Ensemble :

Le siège de l’interco sera situé au 4 rue de Paris à Romainville. La communauté d’agglo sera composée de neuf villes : Bagnolet, Bobigny, Bondy, Les Lilas, Le Pré-Saint-Gervais, Montreuil-sous-Bois, Noisy-le-Sec, Pantin et Romainville. Les statuts ont été déposés en novembre et la communauté d’agglomération sera une réalité dès le 1er janvier 2010. 91 élus siègeront lors des réunions. Seule la compétence voirie/propreté ne sera pas gérée par l’agglo. Les élus ont refusé de prendre cette compétence en s’appuyant sur l’exemple de Plaine Commune où « ça ne s’est pas bien passé. »