Réunion publique

carte 93-centreLe Bourget – Grand Paris : à quoi va ressembler le territoire dans 20 ans ?

LE BOURGET GD-PARIS3
© MC/93infos

Lundi soir, près de 500 personnes étaient réunies au musée de l’air du Bourget pour assister à une réunion publique sur le Grand Paris. Les trois architectes Christian de Portzamparc, Roland Castro et Jean-Marie Duthilleul y ont expliqué leur vision de l’avenir pour Le Bourget et les villes attenantes.







« C’est une ambition collective. La coupure des grands axes nous dessert. Le Bourget est le premier aéroport d’affaire d’Europe, nous pouvons faire des choses formidables ! » – Vincent Capo-Canellas (NC), maire du Bourget.
« Nous avons les mêmes difficultés d’un côté comme de l’autre du RER, nous avons donc tout intérêt à avoir une vision commune. » – Vincent Capo-Canellas, maire du Bourget.
« Les architectes ont apporté la visibilité, qu’on nous voit enfin. Nous ne sommes pas seulement un territoire de passage. » – Claude Bartolone (PS), président du conseil général.
« Notre ville est complètement enclavée. Avec le Grand Paris nous avons la chance de sortir de cet isolement. Je suis favroable pour que ces projets arrivent très vite. » André Veyssière (UMP), maire de Dugny.


Qu’ils soient de gauche, de droite ou du centre, pour une fois, ils était tous d’accord. Lundi lors de la réunion publique sur le Grand Paris, les élus de Seine-Saint-Denis ont affiché leur consensus concernant l’avenir du territoire. Le nouveau visage du Bourget et des villes attenantes (Blanc-Mesnil, Bonneuil-en-France, Drancy et Dugny) doit permettre au nord de la Seine-Saint-Denis de redevenir une porte d’entrée sur Paris. L’arrivée de la tangentielle nord va offrir de nouvelles possibilités en terme de transport. La gare du Bourget assurera une interconnexion entre le RERB, la tangentielle nord, le métro automatique et la ligne 7 du métro après prolongement.  Deux nouvelles gares devraient être créées sur le métro automatique permettant des liaisons est-ouest. Une troisième est à l’étude au niveau de la cité des Tilleuls au Blanc-Mesnil. Enfin des passages par-dessus les voies seront aménagés entre Drancy et le Blanc-Mesnil. Les élus ont en outre demandé à ce que soit étudié la réalisation d’échangeurs autoroutiers pour désengorger la RN2.


De nombreuses questions

Le projet du Grand Paris nourrit des attentes autant du côté des élus que des habitants, pour preuve, ils étaient environ 500 à assister à la réunion. Les questions et propositions ont fusé. « Il faudrait mettre en place un cahier de doléances » , lance une première personne. « Je note qu’il n’y a aucun handicapé dans la salle. Leurs besoins ne sont pas pris en compte. Que les architectes  viennent donc voir les associations de personnes handicapés ! » , s’énerve une seconde. « Si Sarkozy n’est pas réélu, les fonds alloués au Grand Paris seront-ils maintenus ? » , s’interroge une dame au dernier rang. A chaque fois, les architectes ont essayé de répondre. La concertation continue puisque deux nouvelles réunions se dérouleront à Drancy le 24 novembre et au Blanc-Mesnil le 26 janvier.







Une voix discordante, Alain Ramos élu d’opposition du Blanc-Mesnil

L’élu socialiste a des craintes concernant les projets des architectes. « J’ai quelques inquiétudes vis-à-vis, de l’attitude de monsieur de Portzamparc, concernant le devenir des espaces fonciers du Blanc-Mesnil dédiés au développement économique. Si l’on peut entendre la nécessité de la construction massive de logements dans le secteur, cela ne peut se faire uniquement au détriment des capacités d’accueil des entreprises sur cette commune.  Il est évoqué la construction de 5000 logements ce qui veut dire entre 15000 et 20000 habitants supplémentaires. Dans ce cadre, le projet du Grand Paris doit obligatoirement prendre en compte le développement des services publics, écoles, collèges, lycées, crèches… »

Le Grand Paris, pense Alain Ramos doit forcer les communes à repenser les définitions de la communauté d’agglomération du Bourget. « Le débat sur le pôle du Bourget met en évidence l’urgence de refonder le débat sur la constitution d’une nouvelle communauté d’agglomération autour des deux aéroports. Nous pensons qu’il y a urgence pour les communes concernées à se mettre autour de la table afin d’être en capacité de maîtriser leur destin et l’avenir de leurs populations. Je pense ici aux villes de : Drancy, le Bourget, Dugny, le Blanc-Mesnil, Bonneuil en France, Aulnay Sous Bois, Sevran, Tremblay en France, Villepinte, Gonesse. »