Seine-Saint-Denis – La danse contemporaine entre dans la ronde

carte-93

David Wampach © dr
David Wampach © dr

Le concours de danse de Bagnolet s’est mué au fil des ans en rencontres de danse contemporaine. Dix villes du département sont associées à l’événement qui a pris une ampleur internationale. Les rencontres chorégraphiques c’est : 25 compagnies / 9 coproductions / 7 créations / 16 pays / 11 théâtres.









Le festival des Rencontres Chorégraphiques Internationales se déroulera en Seine-Saint-Denis du 5 au 29 mai. On vous dit pourquoi ça marche.

1/ Une programmation pointue mais qui laisse la place aux jeunes talents
« La programmation du festival est plutôt pointue, dans le sens où Anita Mathieu, la directrice, a vocation à révéler de grands artistes de la danse contemporaine, en recherche artistique constante. Elle ne se fie pas aux noms déjà consacrés, mais part à la découverte de nouveaux talents avec une perception fine et incisive du travail artistique et de l’aspect novateur des chorégraphes qu’elle rencontre. »

2/ Le public n’est pas simplement spectateur, il est acteur
« Le festival ne se veut pas élitiste. Notre service de relations avec le public (service où le personnel est le plus nombreux) mène un très grand nombre de projets sur tout le territoire de la Seine-Saint-Denis auprès d’un public très divers, et peu sensibilisé à la danse contemporaine. Public scolaire, retraités, étudiants se retrouvent lors d’ateliers pour découvrir le travail des artistes et chorégraphes qui participent ou ont participé aux Rencontres chorégraphiques. On leur propose ensuite de venir assister à une ou plusieurs pièces, à des tarifs très raisonnables. Enfin, la danse est le media artistique de l’immédiateté. Le public n’a pas besoin de comprendre un texte alambiqué pour entrer dans le vif du sujet. »

3/ La danse, un art accessible. Mais oui, puisqu’on vous le dit !
« La plupart des pièces que nous présentons restent très accessibles (cf. prise en compte du public avec Vanilton Lakka cette année, ou Tove Sahlin et Dag Andersson ; Pièce de David Wampach qui présente un travail autour des danses de concours, spectaculaires, etc.). La Chinoise Mengqi Zhang, par exemple, nous prouve aussi que la danse contemporaine peut être un témoignage sur de lourds sujets d’actualité, et ne s’abstrait pas forcément de nos réalités quotidiennes. »

4/ Une programmation qui s’enrichit au fil des ans
« Quant au nombre de pièces présentées, il est assez constant, et tourne entre 19 et 25 chaque année. Il faut quand même souligner qu’en dépit des nombreuses restrictions budgétaires dues au contexte, nous tenons à ne pas diminuer l’ampleur des Rencontres chorégraphiques : il y a cette année 25 compagnies, soit 5 de plus que l’an dernier. »

Rencontres Chorégraphiques Internationales
Quand : Du 5 au 29 mai
Où : 11 théâtres – 10 villes
Tél. : 01 55 82 08 08
Site : www.rencontreschoregraphiques.com