Les maires apparentés PC contre l’intervention de l’armée

carte-93Dans une déclaration commune, onze élus de Seine-Saint-Denis PC ou apparentés PC, réagissent à la demande de Stéphane Gatignon (EELV). Ce dernier avait déclaré vouloir l’aide de l’armée pour sécuriser Sevran.





« Maires de villes populaires de Seine-Saint-Denis, nous refusons catégoriquement le recours à l’armée dans les quartiers touchés par le trafic de drogue, tel qu’envisagé par plusieurs élus locaux et responsables nationaux » , écrivent onze élus PC ou apparentés PC, du département en préambule d’une déclaration commune.

Les élus concernés sont les suivants : François Asensi (Tremblay), Michel Beaumale (Stains), Patrice Braouezec (président de Plaine-Commune), Marc Evernacq (Bagnolet), Carine JUSTE (Villetaneuse), Didier Mignot (Blanc-Mesnil), Didier Paillard (Saint-Denis), Catherine Peyge (Bobigny), Gilles Poux (La Courneuve), Nelly Roland-Iriberry (Villepinte), Jacqueline Rouillon (Saint-Ouen).

Dans cette déclaration, ils refusent l’idée émise par le maire EELV de Sevran, Stéphane Gatignon. Face à la flambée de violence que subit sa ville, l’édile avait demandé « l’intervention des casques bleus«  . « Réclamer l’armée n’est pas une proposition sérieuse, mais un terrible renoncement » , estiment les signataires de la déclaration. « La principale guerre à mener est celle contre les inégalités de territoires » , martèlent-ils.

Depuis, le ministre de l’intérieur Claude Guéant, a affirmé qu’il n’y aurait pas d’intervention de l’armée, mais un renforcement des effectifs de police. En outre, une cellule spéciale sur le démantèlement du trafic de drogue à Sevran a été crée au TGI de Bobigny.