Conseil général – Le prolongement du T1 en débat

Tramway T1
Tramway T1 © Wikipedia/Oxam Hartog

carte 93-centreLors de la dernière séance du conseil général, les élus sont revenus sur le dossier du T1. Le prolongement par Noisy-le-Sec continue de faire débat.







Le dossier épineux du prolongement du T1 était à l’ordre du jour de la dernière séance du conseil général. Le département est maître d’ouvrage pour l’ensemble du tracé. Le coût total de l’opération est de 400 millions d’euros. A cette somme s’ajoute 45 millions de renouvellement du matériel roulant. Seul problème : le tracé. Laurent Rivoire, le maire NC de Noisy-le-Sec refuse celui choisit par le conseil général et l’ancienne municipalité de gauche.

« Les contacts sont étroits avec le maire de Noisy-le-Sec et son conseil municipal, déclare Claude Bartolone, le président socialiste du CG 93. Il est très attentif sur certains points et demande à ce qu’il y ait le maintien d’une voie de circulation sur Jean-Jaurès. Nous ne sommes animés que par une seule volonté : celle de débloquer ce prolongement et bien entendu il faut qu’il y ait un accord total avec la ville de Noisy-le-Sec. »

Jacques Chaussat (PR, Aulnay-sous-Bois) estime que certaines « problématiques ne sont pas prises en compte » .  « Les propositions d’aménagement rue Jean-Jaurès, si elles offrent le maintien d’une circulation, entraînent la suppression de 90 places de stationnement impossibles à créer dans l’environnement ailleurs. L’afflux de voitures place Carnot à Romainville n’a pas non plus été pris en compte. Je suis plus favorable au passage du T1 par l’ouest permettant la dessert de la future ligne 5, de la tangentielle et de desservir corniche des forts. »


« C’est un accord global »

Pour Corinne Valls (PS, Romainville), au contraire, tout est fait pour prendre en compte l’avis de Noisy-le-Sec. « De fait, quand on installe le tramway, on réduit toujours le nombre d’emplacements. Une étude du stationnement dans centre-ville est en cours de finalisation. Nous avons entendu les demandes, nous ne faisons pas que répondre, des études sont menées pour apporter un certain nombre de solutions. La rue Anatole France, ne correspond pas du tout au projet. Je ne suis pas d’accord, cela entraîne des expropriations de commerce à Romainville et renchérit grandement le coût de l’opération. J’espère que nous arriverons à un bon compromis » , conclut la maire de Romainville.

Claude Bartolone clôt le débat au bout de quelques minutes. « Notre objectif c’est que ça passe. Et ça ne passera pas sans l’aval du maire de Noisy-le-Sec. Nous sommes dans la négociation, mais ça ne peut pas se faire point par point, c’est un accord global. »

La suite au prochain épisode…