Présidentielle 2012 – Les associatifs veulent avoir leur mot à dire

fédération maison des potescarte-93Depuis un an, la fédération des maisons des potes, travaille sur dix propositions pour lutter contre les discriminations. Elles seront présentées aux candidats à la présidentielle de 2012 lors d’un débat le 3 décembre prochain. D’ici là, plusieurs dates sont programmées en Seine-Saint-Denis pour en discuter.





La fédération des maisons de potes veut peser dans la présidentielle. Depuis un an, ses militants travaillent sur dix propositions qu’ils feront aux candidats pour 2012.

Au printemps dernier, un sondage a été envoyé à 6 000 personnes avec 24 questions concernant l’éducation, la laïcité etc. « Nous avons gardé dix propositions » , explique Slimane Tirera, chargé du réseau d’adhérents à la fédération nationale des maisons des potes et président de JEM. Elles s’élèvent contre l’éducation (au rabais), la violence du ghetto, les discriminations… (voir ci-dessous).

En amont, un premier tour de France organisé en décembre 2010 a permis a permis de sonder le terrain. Un second, au printemps 2011 puis un troisième cet automne ont suivi. Les propositions seront débattues dans trois villes de Seine-Saint-Denis dans les semaines à venir (ce soir à Saint-Ouen, vendredi 25 à Noisy-le-Sec, jeudi 1er décembre à Epinay-sur-Seine). Pourquoi continuer à débattre si les propositions sont déjà établies ? « Nous avons vu, qu’au-delà des propositions, les gens avaient envie de parler. Ça ouvre le débat sur d’autres préoccupations : l’emploi, l’éducation… » , ajoute Slimane Tirera.

Le 3 décembre, la fédération des maisons des potes a programmé sa dernière réunion -un rendu public de tout le travail accompli- à Paris. Les politiques Bayrou, Mélenchon, Hollande et Villepin sont conviés, même si le chargé du réseau de la fédération des maisons des potes se fait peu d’illusions : « ils vont envoyer leur porte-parole spécialiste des questions de banlieue. » Qu’importe, l’essentiel étant d’interpeller les candidats à la présidentielle.

« Les associatifs ont le droit à la parole, mais ils ne l’ont pas » , soutient Slimane Tirera. Pas de doute que ces propositions permettront de hausser le ton


Les 10 propositions :

– Contre l’éducation au rabais, nous voulons 30% de profs en plus en ZEP.
– Contre la violence du ghetto, nous voulons un ministère de l’éducation populaire avec 100000 éducateurs déployés dans les quartiers et des moyens pour les associations et les acteurs culturels.
– Contre les discriminations, nous voulons l’ouverture des emplois fermés aux étrangers.
-Contre la ségrégation dans l’habitat social, nous voulons l’anonymisation des candidatures HLM.
-Contre le chômage des jeunes des cités, nous voulons le déploiement du dispositif SOS Stage pour les lycées professionnels.
-Contre la justice à 2 vitesses, nous voulons le doublement de l’aide juridictionnelle.
-Contre les violences faites aux femmes, nous voulons l’ouverture de centres d’accueil et d’hébergement
-Contre les intolérances, nous voulons l’enseignement de la laïcité.



Les débats dans le 93 :
Vendredi 25/11 : Association « Noisy Projecte », 115 rue Jean Jaurès 93130 Noisy le Sec à 19h.
Jeudi 01/12: Association « Jeunesse en Mouvement« , 20 rue de l’Avenir 93800 Epinay sur Seine à 19h30.