La Courneuve – Les affiches de la discorde

La Courneuve affiches © dr
© dr

carte 93-ouestLe maire communiste de La Courneuve, Gilles Poux, a porté plainte pour injure publique à l’encontre de l’association des Citoyens des 4 Routes. En cause ? Les affiches placardées en septembre dans le quartier…









Le wek-end de la fête de l’Huma, l’association des Citoyens des 4 Routes, présidée par David L’Hôte, décide d’une action pour faire connaitre et parler de l’état du trottoir situé le long de la RN2.  Dans la nuit du vendredi 16 au samedi 17 septembre, les membres de l’association collent des affiches sur les murs qui longent le fameux trottoir. « C’est un troutoir, pas un trottoir, carton rouge ! » , proclame l’une. « Danger, mines anti-piétons » , peut-on lire sur une autre. La mairie avait alors affirmé être au courant de l’état du trottoir à cet endroit-là et que la place du 8 mai 1945 allait être refaite dans les mois à venir. Elle avait en outre ajouté que « la RN2 étant une voirie départementale » la réfection du trottoir n’était pas « de la compétence du maire » .


Convoqué au poste, il est entendu un après-midi durant

Trois mois plus tard, l’affaire des affiches revient sur le devant de la scène. Jeudi 8 décembre, David L’Hôte est convoqué à la Brigade de Répression contre la Délinquance contre les Personnes (BRDP) à Paris dans le cadre d’une enquête  pour injure publique envers un citoyen investi d’un mandat public. Gilles Poux a attaqué l’association. « Certaines affiches diffamaient le maire et c’était un peu démagogique. En plus, le ton employé par le blog n’aide pas » , déclare-t-on dans l’entourage de l’édile.

« L’interrogatoire a été mené de manière très professionnelle et parfaitement neutre. Il a duré une bonne heure, et m’a coûté un après-midi. L’expérience n’avait rien d’agréable » , décrit David L’Hôte. « Nous déplorons que le le Maire de La Courneuve ait choisi la voie judiciaire au détriment du dialogue avec ses administrés, mais nous attendons la suite sereinement » , ajoute le président de l’association Les Citoyens des 4 Routes.

La suite, c’est au procureur d’en décider. En attendant, l’association a décidé de continuer ses activités, « prudemment » .