Stains – Un budget serré à l’ordre du jour

Stains Michel Beaumale © dr
Michel Beaumale © dr

carte 93-ouestA Stains, les élus voteront ce soir le budget pour l’année 2012. Malgré des dotations en baisse, et des coûts de fonctionnement toujours à la hausse, la ville ne veut pas renoncer à certains projets.





Budget de révolte, budget de résistance… La rhétorique guerrière bat son plein en ce moment. L’heure du vote du budget a sonné pour la plupart des villes et c’est plus difficile que prévu.

Dotée d’un budget de 45 millions d’euros, Stains est particulièrement touchée par le gel des dotations de l’État estime le maire communiste Michel Beaumale. « Les dotations de l’État représentent 40 % de notre budget. Les répercussions du gel sont très importantes pour nous. » L’édile a fait son calcul : le gel des dotations représente une perte sèche de 150 000 euros pour cette année. « A cela s’ajoute le manque à gagner des années précédentes. Sur les dix dernières années, il s’élève à près de 5 millions d’euros » , ajoute l’élu.  En cette période de crise, il faut donc se serrer la ceinture. « Nous ne supprimerons aucun service à la population, assure le maire mais en contrepartie, la qualité peut être altérée. Nous avons par exemple refusé des créations de postes. » Malgré tout, les charges de personnel vont augmenter de 3%. C’est le plus gros poste de dépense de la mairie. Il représente à lui seul 60% des dépenses de fonctionnement.


Investir sans l’aide des banques

Pour rentrer dans les clous, la municipalité a dû établir des priorités. En 2012, ce sera : la transformation d’un centre d’accueil en crèche et le développement de la police municipale. Pendant ce temps, certains projets risquent fort de se retrouver en stand-by, la faute à un conseil général étranglé par sa dette. La construction de la médiathèque en partie financée par le Département n’est pas remise en cause, mais la subvention allouée par le CG elle, est nulle pour cause de moratoire sur les investissements. Alors que faire : se tourner vers le privé ? Michel Beaumale sourit. « Trouver des mécènes ? Je ne me fais pas trop d’illusions… La part à la charge de la communauté d’agglomération sera plus importante. »

La ville va consacrer 10,5 millions d’euros à l’investissement. Le tout, « sans aggraver l’endettement car nous avons prévu seulement 2,5 millions d’emprunt » , précise le maire qui mise sur la capacité d’autofinancement de la ville. Heureusement ! Avec la chute de Dexia et la crise, les collectivités locales ont de plus en plus de mal à emprunter. Stains ne déroge pas à la règle. « Nous allons avoir des difficultés pour obtenir une ligne de trésorerie. La banque qui nous l’a octroyée l’année dernière nous a prévenue qu’elle ne la renouvellerai pas. »

Cerise sur le gâteau pour les Stanois, une probable augmentation des impôts. Les taux ne seront pas votés ce soir, mais la commune a tablé sur une augmentation de 2 % de ses bases fiscales. A vos calculettes !