Bondy – Me Slimane Gachi : « La garde à vue l’a traumatisé »

carte 93-centre

Nadir Kitatni
Nadir Kitatni

Me Slimane Gachi, avocat de Nadir Kitatni a accepté de revenir sur la garde à vue de son client, accusé d’avoir proféré des menaces de mort à l’encontre d’élus de la majorité lors du conseil municipal du 22 mars.






Après 48 heures de garde à vue, le conseiller municipal Nadir Kitatni a été relâché et placé sous contrôle judiciaire. Il a interdiction de porter une arme. Une injonction qui fait bondir son avocat, Me Gachi. « Les policiers ont perquisitionné chez M. Kitatni. Evidemment, ils n’ont rien trouvé. Il n’a jamais eu d’arme sur lui. » Pour le conseil de Nadir Kitatni, il est évident que cette affaire a pris une ampleur disproportionnée du fait de l’actualité.

Le 21 mars, Mohamed Merah est retranché chez lui, dans son appartement de Toulouse. Il est soupçonné d’être le tueur qui a assassiné huit personnes à Toulouse et Montauban. Il sera tué le lendemain, le 22 mars au matin par les hommes du RAID. Le même jour, Bondy tient son conseil municipal. C’est au cours d’une discussion très vive que Nadir Kitatni aurait proféré des menaces de mort à l’encontre de trois élus de la majorité. Une plainte est déposée. Convoqué au commissariat, Nadir Kitatni s’y rend. Ce n’est qu’après qu’il sera placé en garde à vue.

bondy nadir tweet

« C’est quelqu’un de très passionné, mais il n’a pas proféré de menaces de mort, commente son avocat. Je pense que ce traitement est la conséquence directe de l’affaire Merah. On est dans la psychose post-Merah. Sa sœur a été interrogée sur ses convictions religieuses ! C’est totalement disproportionné. »

Relâché mercredi soir, Nadir Kitatni, « très affecté » par l’affaire n’a pas souhaité s’exprimer. Il sera jugé le 24 mai au TGI de Bobigny.

Depuis le départ de Gilbert Roger et la prise de poste de Sylvine Thomassin, l’ambiance s’est nettement dégradée au sein du conseil municipal de Bondy. Nadir Kitatni a été le premier à allumer la mèche, refutant la création du poste de 17e adjoint. Un recours lancé par Hakim Kadricontre l’élection d’un 17e adjoint a été validé. Quelques semaines plus tard, Vincent Duguet du groupe Bondy Autrement faisait l’objet d’une campagne de dénigrement.




MISE A JOUR DU 4 AVRIL 2012

Joint hier par téléphone, Me Gachi nous a informé ne pas avoir encore pu consulter le dossier de son client, Nadir Kitatni accusé d’avoir proféré des menaces de mort durant un conseil municipal. L’avocat espère pouvoir prendre connaissance des éléments du dossier dans le courant de la semaine prochaine. Apparemment, le dossier serait « assez volumineux » affirme Me Gachi, et comporterait « beaucoup d’auditions » .

Seul point positif : deux élus se sont rétractés depuis le dépôt de plainte.

Nadir Kitatni lui, récupère tout doucement. « Ça va un peu mieux, confirme son conseil. Il est bien entouré par sa famille mais est encore très abattu. La garde à vue l’a traumatisé. »